Qui peut m'aider à mettre cette charge sur ma tête ?

Origine de la collecte : Sénégal
Illustration : Malang Sène

Une femme enceinte, ayant besoin d’aide pour mettre une charge sur sa tête, promet de donner le fils qu’elle porte au lion, si celui-ci lui rend service. Le lion, attend que l’enfant soit grand pour le manger…

Écouter le conte en français dit par Massamba Guèye

Écouter le conte en sérère dit par Raphaël Ndiaye

lecture_conte play stop précédent retour arrière avance rapide suivant répéter muet moins volume plus

0 / 0 0:00 / 0:00

Télécharger les ressources

Le texte du conte

Il était une fois une femme enceinte qui était allée chercher du bois mort. Lorsqu'elle eut rassemblé la quantité voulue, elle n'eut personne pour l'aider à poser la charge sur sa tête.

Alors elle appela :
- Quelle créature de la forêt pourrait m'aider à mettre cette charge sur ma tête ?
Le margouillat se présenta. La femme lui dit :
- Ôte-toi de là, tu ne peux pas !

- Quelle créature de la forêt pourrait m'aider à mettre cette charge sur ma tête ?
Le lézard vint. Elle lui dit :
- Ôte-toi de là, tu ne peux pas !

- Quelle créature de la forêt pourrait m'aider à mettre cette charge sur ma tête ?
Le lion vint. Elle lui dit :
- Toi, tu en es capable.
- Si je t'aide, que me donneras-tu en retour ?
- Ce que je porte dans mon ventre, répondit-elle.
Njogoy, le lion l'aida ; elle s'en retourna au village. Elle accoucha d'un garçon du nom de Samba.

Le lion attendit avec impatience quelques années, puis un jour, il se dirigea vers le village et demanda à Samba :
- Peut-on te manger ou faut-il encore attendre ?
La femme dit : « Attends encore, le moment n'est pas venu ».
Le lion s'en retourna, attendit un certain temps, puis revint au village et dit :
- Peut-on te manger ou faut-il encore attendre ?
- Il reste encore un mois, répondit la mère.

Samba décida un matin :
- C'est moi qui vais faire paître le troupeau.
Et il partit. Le lion vint en son absence.
- Peut-on le manger ou faut-il encore attendre ?
- Le voilà qui vient de partir au troupeau, répondit la mère.
Le lion attendit, attendit, puis il alla le trouver à l'enclos :
- Est-ce bien Samba ?
- Oui, c'est moi.
- Peut-on te manger ou faut-il encore attendre ?
- On peut me manger, dit Samba !

Ils se ruèrent l'un sur l'autre et se mirent à se battre, à se battre, Samba tua le lion, lui coupa une griffe et retourna au village.

À son arrivée, sa mère lui servit à souper. Il en mangea un peu, puis enfouit la griffe dans le restant du couscous. Il dit :
- Mère, viens prendre le plat.

La mère prit le plat et aussitôt se mit à manger. A peine avait-elle avalé une bouchée que la griffe lui resta dans la gorge. Elle s'évanouit. Alors que tout le monde s'affairait, Samba ne disait mot. Lorsqu'il la sentit près de mourir, Samba lui donna une grande tape dans le dos et la griffe tomba par terre. Il lui dit :
- Voilà le lion à qui tu m'avais donné en gage !
Et la mère fut couverte de honte.

Ce conte est extrait du recueil "Au fil des contes seereer" rassemblés par Marie Madeleine Diouf paru aux éditions Enda-INFAN à Dakar-Sénégal 1998 dans la collection "Clair de lune".

Le pays présenté ci-dessous correspond au pays où le conte a été enregistré et ne prétend pas donner d'origine unique au conte.

Les contes n'existent pas dans ce seul et unique pays. D'une version à une autre, d'un conteur à un autre, les contes circulent entre les pays et ne s'arrêtent heureusement pas aux frontières !

Le Sénégal

(République du Sénégal)

Population : Les sénégalais et les sénégalaise. Plus de 12 millions d’habitants.

Langues : Le Sénégal accueille une grande diversité linguistique. Le français est la langue officielle du Sénégal (depuis 2001). Le Sénégal possède également 6 langues nationales : le wolof, le malinké, le pular, le sérère, le soninké, le diola. La liste des langues nationales sera complétée par d’autres langues nationales codifiées.

Situation géographique : Le Sénégal est un pays d’Afrique de l’Ouest. A l’ouest : l’océan Atlantique (500 km de côtes). A 560 km de la côté : les îles du Cap-Vert. Au nord : la Mauritanie. A l’est : le Mali. Au sud : la Guinée et la Guinée-Bisseau. Quasi-enclave dans le pays (pénétrant à plus de 300 km à l’intérieur des terres) : la Gambie.

Superficie : 196 722 km²

Climat : Le climat du Sénégal est tropical et avec deux saisons : la saison sèche (novembre à juin) et la saison des pluies (juillet à octobre).

Capitale : Dakar

Hymne national : Le Lion rouge

Devise nationale : Un Peuple, Un But, Une Foi

Monnaie : Le Franc CFA

IDH (Indice de développement humain) : 0,411, IDH faible (chiffres 2010)

Indépendance : Décolonisation de la France le 4 avril 1960

Pour en savoir plus : Article « Sénégal » du Larousse :
http://www.larousse.fr/encyclopedie/pays/S%C3%A9n%C3%A9gal/143900

Drapeau: 
Drapeau du Sénégal

Nous avons choisi d'enregistrer le conte dans une ou deux langues parlées dans le pays de collecte.

Les langues citées ci-dessous ne sont pas représentatives de l'ensemble des langues parlées dans ce pays. Il s'agit des langues dans lesquelles le conte a été enregistré. Si vous souhaitez découvrir les autres langues parlées dans le pays de collecte du conte, consultez l'onglet "Le pays".

Le sérère

Famille de langues : Le sérère est une langue du groupe ouest-atlantique de la famille des langues Niger-Congo.

Pour en savoir plus sur la famille des langues Niger-Congo, (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/famille-des-langues-niger-congo

Nombre de locuteurs : plus d’1 million de locuteurs.

Pays : Le sérère est une des langues nationales au Sénégal, elle est parlée au Sénégal et en Gambie.

Origine : Sur la parenté entre les langues peul, sérère et wolof, Senghor écrit dans la préface du « Dictionnaire Sereer-Français » du Rd Père Léonce Crétois (6 tomes ronéo, Dakar, CLAD, 1972 – 1977) :
« C’est que le serer, au dire de Maurice Delafosse – et l’hypothèse semble vraie – nous présente l’état le plus archaïque d’une ancienne situation, où les peuples « sénégalo-guinéens », dont les Peul, Wolof, Sérère, et diola, parlaient la même langue ». (T 1, pp. 1 et 2).

Le français

Famille de langues : Le français est une langue romane de la famille des langues indo-européennes.

Pour en savoir plus sur la famille des langues indo-européennes, (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/famille-des-langues-indo-europeennes

Nombre de locuteurs : 200 millions de locuteurs.

Pays : Le français est la langue officielle de la France et de nombreux autres pays : en Afrique et en Océanie mais aussi aux Antilles et aux Etats-Unis.

Origine : Le français est issu des formes orales et populaires du latin, il est aussi influencé par le Gaulois et par le Francique des Francs. Le français provient de la langue d’oïl, langue parlée dans la moitié nord de la France au Moyen Âge et langue dominante de la littérature entre le XIVe siècle et le XVIe siècle.

Expansion : Le français s’est répandu proportionnellement aux progrès de l’administration et de la justice royale en France. Le français et sa structure grammaticale s’est cristallisé au XVIIe siècle autour du dialecte de l’Ile de France et ce au détriment les autres parlers régionaux.

Qu’est-ce que la francophonie ? Apparu à la fin du XIXe siècle, le terme « francophonie » désigne l’ensemble des personnes et des pays utilisant le français. Un pays francophone est un pays qui utilise entièrement ou partiellement le français.

Massamba Guèye

conteur sénégalais

Massamba GuèyeMassamba Guèye est un conteur écrivain et professeur à Dakar. Il conte sur scène et publie des livres de contes. Il est féru de culture et anime des émissions à Radio Sénégal International. "Contes et légendes" sur RSI (le mercredi et le dimanche de 14h30 à 15h).

A. Raphaël Ndiaye

conteur sénégalais

A. RaphaëlAprès des études en philosophie, bibliothéconomie et ethnolinguistique, il poursuit une carrière de chercheur et de bibliothécaire qui le conduit à la tête des Archives culturelles du Sénégal – Archives audiovisuelles sur les traditions orales de tous les groupes ethniques du pays – et de la direction des bibliothèques publiques au Ministère de la Culture, avant de travailler à Enda Tiers Monde, notamment sur les rapports entre cultures et environnement, l’édition et la diffusion d’ouvrages.

Homme de radio, il anime une émission hebdomadaire sur les traditions orales (1976 – 1980) et de promotion du livre et de la lecture (depuis 1987), tout en poursuivant une activité d’auteur – compositeur et interprète d’œuvres musicales. Il a publié plusieurs articles et travaux de recherche, ainsi qu’un recueil de poèmes.

Dans le cadre de ses activités à Enda, Raphaël Ndiaye et Mme Lilyan Kesteloot de l’IFAN ont créé et coédité une collection de contes « Clair de Lune » dont une partie est mise sur le site de Conte-moi.

Commentaires

Intéressant

Pas mal

Qui peut m'aider à mettre cette charge sur ma tête ?

J'aime bien cette histoire, elle est passionnante et éducable.

Elle n'est pas éducable, mais

Elle n'est pas éducable, mais bien.

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Sites pour enfants :

Sites pour enseignants :

Serious games pour adolescents :