Quand le lion épousa la brebis

Origine de la collecte : Mali
Illustration : Yacouba Diarra

Le lion prit pour femme une brebis. Cela fit scandale dans la brousse. L’hyène alla dire au Lion qu’il risquait d’attraper la gale. Elle réussit comme ça à le convaincre de tuer sa femme. Mais une vieille femme qui avait tout entendu, aida la brebis par sa ruse et son expérience…

Écouter le conte en français dit par Ousmane Diarra

Écouter le conte en dit par

lecture_conte play stop précédent retour arrière avance rapide suivant répéter muet moins volume plus

0 / 0 0:00 / 0:00

Télécharger les ressources

Le texte du conte

Le lion, un jour, quitta la brousse et vint en ville où il se maria avec une brebis qu’il ramena avec lui dans la forêt. Tous les animaux fêtèrent l’événement à grands frais, et la nouvelle se répandit bien vite, comme un feu de brousse.
- Un lion, épouser une brebis ! Quel scandale et quelle honte ! répétaient les animaux.
À ces critiques faites à basse voix le lion répondait tout haut :
- Et pourtant, j’aime beaucoup ma femme brebis.

Cependant, seule l’hyène, profondément en choc, réfléchissait :
- Malgré tout ce qu’on pense de moi, je vais quand même montrer que les qualificatifs de lâche et de poltron qu’on m’attribue ne sont que purs mensonges et viles médisances.
Elle vint trouver le lion chez lui, à la tombée du jour :
- Majesté Lion, dit-elle, il est clair pour tout le monde que tu es le plus respectueux, le plus majestueux de tous les animaux de la terre, mais tu as pris comme épouse une sorte d’individu niais et bête qui ne lève jamais la tête même vers le ciel qui l’a accueilli. Vraiment, tu ne mérites pas pareille épouse, tu fais traîner ton nom dans la boue, dévorons-la donc et laisse-moi ensuite aller te chercher une femme digne de ta grandeur !
- Je ne dévorerai pas ma femme car je l’aime, et j’ordonne que tes propos s’arrêtent là !
L’hyène s’en alla toute honteuse.

La nuit suivante, l’hyène revint cette fois en courant bien vite, à grandes enjambées.
- Ah ! Ah ! Majesté
- As-tu appris ce que j’ai appris ?
- Quoi donc ? dit le lion.
- Il paraît que lorsque l’eau de pluie touche à la peau des brebis, il y a une maladie qu’on appelle la gale qui leur enlève tous les poils jusqu’aux oreilles et aux pattes, elle leur tanne la peau jusqu’à la chair rouge, une sorte de lèpre, quoi ! Cette lèpre s’attaque aussitôt à son conjoint et lui cause les mêmes maux. Tu te vois toi, sans crinière et sans cils, sans pelage et sans queue, la peau tannée jusqu’à la chair comme un poulet plumé, avec des mouches partout ?
- Ah bon, s’écrit le lion ! Et bien Hyène, à y réfléchir je vois que celle-ci n’est véritablement pas ma femme. On devra donc, au plus tard ce soir, par tous les moyens et par toutes voies, la dévorer.
L’hyène toute contente s’en alla.

Et le soir, la brebis n’était au courant de rien. Quand elle est rentrée à la maison une vieille femme la vit :
- Brebis, prends garde, car l’hyène que tu vois chez toi et que tu honores et respectes veut, en réalité, ta peau. Aujourd’hui elle y a réussit. Ne va donc pas là-bas car ils t’attendent tous les deux pour t’écorcher et te croquer. Cependant viens que je te propose une ruse qui te permettra d’être sauvée. Car moi, je suis vieille et pleine d’expérience.
La vieille femme donna à la brebis une petite calebasse pleine de miel et lui confia un secret. La brebis poursuivit son chemin.

Elle entra, salua et sauta par dessus les jambes étalées de son mari.
- Sacrilège ! cria le lion. Quel irrespect ! Quel déshonneur ! Pourquoi donc as-tu fais cela ?
- Pardonne-moi cher mari, Dieu seul sait que je ne l’ai pas fait exprès !
- Ah non, s’écria l’hyène, le saut d’une femme par-dessus un homme porte toujours malheur ; car nous avons vu seulement avant-hier, un homme dont la femme lui était passée dessus, mourir aussitôt. Il ne s’est pas passé deux minutes qu’il trépassa le pauvre.
- Ah bon, s’écria le lion qui sauta d’un grand bon sur sa femme, mais avant que ses pattes ne touchent le sol la brebis eut le temps de jeter dans la gueule du lion la petite calebasse de miel que lui avait donné la vieille femme.
Le lion s’assit sur son derrière en soupirant de jouissance :
- Dis moi chère épouse, ou donc as-tu eu ce breuvage ?
- Il y a, dans la forêt d’à-côté, tes collègues lions comme toi, qui ont assemblé toutes les hyènes pour leur presser le ventre afin de le faire sortir par leur derrière ce liquide dont ils remplissent des outres entières. Sache que c’est du miel et que chaque hyène en a le ventre plein.
- Hyène tu me caches de si bonnes choses, je jure que tu n’emporteras pas l’outre de miel que tu couves.

Le lion rattrapa l’hyène, il la souleva bien haut, et la lança par terre en pressant bien fort sur son ventre. Il n’en sortit évidemment pas de miel, mais en sortit de petites crottes nauséabondes, des morceaux d’os et aussi des graines de goyaves et des noyaux de mangues. Le lion dévora l’hyène. Ainsi finissent tous les mouchards.

Malgré cela, il y avait de l’amour, même des amours impossibles comme celles du lion et de la brebis, que la guerre et la misère.

Le pays présenté ci-dessous correspond au pays où le conte a été enregistré et ne prétend pas donner d'origine unique au conte.

Les contes n'existent pas dans ce seul et unique pays. D'une version à une autre, d'un conteur à un autre, les contes circulent entre les pays et ne s'arrêtent heureusement pas aux frontières !

Le Mali

(République du Mali)

Population : Les maliens et les maliennes. Plus de 14 millions d’habitants.

Langues : Le français est la langue officielle du Mali, elle est celle utilisée par l’état, l’administration et l’enseignement. Le bambara est pourtant la langue la plus parlée (par environ 80% de la population). Une trentaine de langues est parlé au Mali, dont une dizaine par plus de 100 000 personnes. Les autorités maliennes ont reconnu 13 langues nationales : le bambara, le bobo, le bozo, le dogon, le peul, le soninké, le songoy, le sénoufo-minianka, le tamasheq, le hasanya (arabe dialectal), le kasonkan et le maninkakan.

Situation géographique : Le Mali est le plus grand pays de l’Afrique de l’ouest. A l’ouest : la Mauritanie et le Sénégal. Au nord : l’Algérie. A l’est : le Niger. Au sud-est : le Burkina. Au sud : la Côte d’Ivoire et la Guinée.

Superficie : 1 241 300 km²

Climat : Le climat malien se caractérise par trois saisons : une saison sèche (mars à juin), une saison des pluies ou hivernage (juin à septembre) et une intersaison ou saison froide (octobre à février) avec un vent saharien desséchant : l’Harmattan.

Capitale : Bamako

Hymne national : Pour l'Afrique et pour toi, Mali

Devise nationale : Un peuple, un but, une foi

Monnaie : Le Franc C.F.A.

IDH (Indice de développement humain) : 0,309, IDH faible (chiffres 2010)

Indépendance : 22 septembre 1960

Pour en savoir plus : Article « Mali » du Larousse :
http://www.larousse.fr/encyclopedie/pays/Mali/131330

Drapeau: 
Drapeau du Mali

Nous avons choisi d'enregistrer le conte dans une ou deux langues parlées dans le pays de collecte.

Les langues citées ci-dessous ne sont pas représentatives de l'ensemble des langues parlées dans ce pays. Il s'agit des langues dans lesquelles le conte a été enregistré. Si vous souhaitez découvrir les autres langues parlées dans le pays de collecte du conte, consultez l'onglet "Le pays".

Le français

Famille de langues : Le français est une langue romane de la famille des langues indo-européennes.

Pour en savoir plus sur la famille des langues indo-européennes, (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/famille-des-langues-indo-europeennes

Nombre de locuteurs : 200 millions de locuteurs.

Pays : Le français est la langue officielle de la France et de nombreux autres pays : en Afrique et en Océanie mais aussi aux Antilles et aux Etats-Unis.

Origine : Le français est issu des formes orales et populaires du latin, il est aussi influencé par le Gaulois et par le Francique des Francs. Le français provient de la langue d’oïl, langue parlée dans la moitié nord de la France au Moyen Âge et langue dominante de la littérature entre le XIVe siècle et le XVIe siècle.

Expansion : Le français s’est répandu proportionnellement aux progrès de l’administration et de la justice royale en France. Le français et sa structure grammaticale s’est cristallisé au XVIIe siècle autour du dialecte de l’Ile de France et ce au détriment les autres parlers régionaux.

Qu’est-ce que la francophonie ? Apparu à la fin du XIXe siècle, le terme « francophonie » désigne l’ensemble des personnes et des pays utilisant le français. Un pays francophone est un pays qui utilise entièrement ou partiellement le français.

Ousmane Diarra

conteur malien

Ousmane DiarraEnfant, il dévorait les caisses d’ouvrages livrées par la Croix-Rouge dans son village de Bassala dans les brousses maliennes. Diplômé de l’Ecole normale supérieure de Bamako (Maîtrise de lettres modernes). Il est actuellement bibliothécaire au Centre culturel de Bamako. Nouvelliste, poète et romancier, Ousmane Diarra est également auteur de livres pour la jeunesse et conteur.

"Néné et la chenille" (Edicef, le Figuier, 1999). "Vieux lézard" (roman, Editions Gallimard, 2006). "Pagne de femme" (Gallimard, 2007). "Le rêve du grand calao" (Le Figuier, 2011).

Commentaires

Adorable ! Cool !

Adorable ! Cool !

Trop cool !!!!

Trop cool !!!!

Remerciement

Salut !
Je vous assure que mes élèves ont adoré ce conte ! Il est plein de leçons !

C'est Excellent !

C'est Excellent !

très belle histoire et bien racontée

très belle histoire et bien racontée

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Sites pour enfants :

Sites pour enseignants :

Serious games pour adolescents :