Pourquoi Bouki l'hyène a peur du chameau...

Origine de la collecte : Mauritanie
Illustration : Malang Sène

Bouki vit une famine terrible avec sa famille. Un jour, elle sort et rencontre en route un chameau. Après quelques questions, elle se rend compte qu’elle est plus forte que le chameau, elle le tue et le mange avec sa famille. Malheur lui en prit : car dans une deuxième sortie, elle rencontre l’éléphant qu’elle confond avec le chameau. Elle s’attaque à l’éléphant et celui-ci l’écrase.

Écouter le conte en français dit par Mamadou Sall

Écouter le conte en wolof dit par Mamadou Sall

lecture_conte play stop précédent retour arrière avance rapide suivant répéter muet moins volume plus

0 / 0 0:00 / 0:00

Télécharger les ressources

Le texte du conte

Cette année-là, il y avait une famine terrible dans le pays des animaux et la plupart mourraient de faim. Bouki, l’hyène, vivotait avec sa petite famille, sa femme et ses deux enfants. Un jour que Bouki marchait dans la forêt sans savoir où aller pour trouver quelque chose à se mettre sous la dent, Bouki voit un animal haut sur pattes, le cou long, les yeux enfoncés dans leur orbite et le dos en forme de dune de sable.

Bouki s'approche de lui et lui dit :
- Que tu es grand et fort, comment t'appelles-tu ?
- Je m'appelle : chameau.
- Ah bon, dit Bouki, tu dois être très fort et très méchant et surtout un grand lutteur…
- Oh non, je ne suis pas méchant répond l'autre, juste un peu fort, quant à la lutte ce n'est pas mon point fort.
- Crois-tu que quinze hyènes comme moi et moi-même pouvons te terrasser ?
- Oh c’est trop pour moi dit le chameau.
- Et dix comme moi et moi-même ?
- C'est encore trop.
- Alors cinq comme moi et moi-même ?
- C'est trop pour moi.
- Deux et moi ?
- Non toujours trop.
- Alors prépare-toi j'arrive !

Bouki se jette sur le ventre du chameau, avec ses longues dents et ses griffes, il le déchire ! Bouki mange d'abord à sa faim puis emporte le reste chez lui. Une semaine durant la famille mange à sa faim. A la fin de la semaine la viande est finie. Bouki s’en va dans la forêt pour chercher un autre chameau.

Après quelques heures de marche, Bouki aperçoit un énorme animal haut sur pattes, les yeux enfoncés dans les orbites, le dos en forme de dune mais qui a devant une longue trompe. Bouki court à toute vitesse vers lui en disant :
- Oh chameau ! Arrête, arrête, on va lutter !
L'autre s’arrête et lui dit :
- Je ne suis pas chameau, je suis un éléphant.
- Quoi ? tu crois que tu peux me tromper ? J'ai terrassé l'autre jour un de tes congénères.

Sans attendre, Bouki se jette sur l'éléphant. Ce dernier l'enroule dans sa trompe, l'envoie en l'air, le laisse atterrir violemment par terre, puis l'écrase avec ses grosses pattes un long moment avant de continuer son chemin, pensant que Bouki était morte.

Bouki est restée là trois jours et trois nuits. Au matin du quatrième jour, Bouki reprend ses esprits, ouvre les yeux et voit sa famille qui était autour d'elle. Dans un dernier souffle, Bouki leur dit :
- Il ne faut plus jamais s'attaquer aux chameaux.

Depuis ce jour les hyènes ne s'approchent plus des chameaux.

Le premier qui respire ira au paradis.

Le pays présenté ci-dessous correspond au pays où le conte a été enregistré et ne prétend pas donner d'origine unique au conte.

Les contes n'existent pas dans ce seul et unique pays. D'une version à une autre, d'un conteur à un autre, les contes circulent entre les pays et ne s'arrêtent heureusement pas aux frontières !

La Mauritanie

(République islamique de Mauritanie)

Population : Les mauritaniens et les mauritaniennes. Plus de 3 millions d’habitants.

Langues : L’arabe classique est la langue officielle de la Mauritanie (depuis 1968). La langue nationale la plus parlée en Mauritanie est le hassanya, qui est l’arabe dialectal local. Les autres langues nationales sont le peul (poular), le soninké et le wolof. Le français a été une langue officielle jusqu’en 1991, il garde aujourd’hui une certaine influence.

Situation géographique : La Mauritanie est un pays du Maghreb, du nord-ouest de l’Afrique. A l’Ouest : l’océan Atlantique (600 km de côte). Au nord : Sahara Occidental et l’Algérie. A l’est : le Mali. Au sud : le Mali et le Sénégal.

Superficie : 1 030 700 Km²

Climat : Le climat de Mauritanie saharien au nord et sahélien au sud, est généralement chaud et sec.

Capitale : Nouakchott

Hymne national : Nachid al-watani

Devise nationale : Honneur Fraternité Justice

Monnaie : L'Ouguiya

IDH (Indice de développement humain) : 0,433, IDH faible (chiffres 2010)

Indépendance : 28 novembre 1960

Pour en savoir plus : Article « Mauritanie » du Larousse :
http://www.larousse.fr/encyclopedie/pays/Mauritanie/132366
 

Drapeau: 
Drapeau de la Mauritanie

Nous avons choisi d'enregistrer le conte dans une ou deux langues parlées dans le pays de collecte.

Les langues citées ci-dessous ne sont pas représentatives de l'ensemble des langues parlées dans ce pays. Il s'agit des langues dans lesquelles le conte a été enregistré. Si vous souhaitez découvrir les autres langues parlées dans le pays de collecte du conte, consultez l'onglet "Le pays".

Le wolof

Famille de langues : Le wolof est une langue du groupe ouest-atlantique de la famille des langues Niger-Congo.

Pour en savoir plus sur la famille des langues Niger-Congo, (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/famille-des-langues-niger-congo

Nombre de locuteurs : environ 10 millions locuteurs sur un total de 12 à 13 millions de Sénégalais. Il y a des endroits du pays où le wolof n’est pas compris ou n’est pas parlé : Casamance (pays diolas et mandingues), certaines parties du pays sérère dont les îles du Saloum, Sénégal oriental (populations Tenda : Bassari, Boïn, Bedik, Koniagui, Badiaranké), une partie du pays soninké.

Pays : Le wolof est une des langues nationales au Sénégal, elle est parlée principalement au Sénégal, en Gambie et en Mauritanie.

Origine : Le wolof a une parenté très ancienne avec le peul. Le wolof a également des liens avec une autre langue du Sénégal : le sérère.

Sur la parenté entre les langues peul, sérère et wolof, Senghor écrit dans la préface du « Dictionnaire Sereer-Français » du Rd Père Léonce Crétois (6 tomes ronéo, Dakar, CLAD, 1972 – 1977) : « C’est que le serer, au dire de Maurice Delafosse – et l’hypothèse semble vraie – nous présente l’état le plus archaïque d’une ancienne situation, où les peuples « sénégalo-guinéens », dont les Peul, Wolof, Sérère, et diola, parlaient la même langue ». (T 1, pp. 1 et 2).

Pour en savoir plus sur le wolof (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/le-wolof

Le français

Famille de langues : Le français est une langue romane de la famille des langues indo-européennes.

Pour en savoir plus sur la famille des langues indo-européennes, (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/famille-des-langues-indo-europeennes

Nombre de locuteurs : 200 millions de locuteurs.

Pays : Le français est la langue officielle de la France et de nombreux autres pays : en Afrique et en Océanie mais aussi aux Antilles et aux Etats-Unis.

Origine : Le français est issu des formes orales et populaires du latin, il est aussi influencé par le Gaulois et par le Francique des Francs. Le français provient de la langue d’oïl, langue parlée dans la moitié nord de la France au Moyen Âge et langue dominante de la littérature entre le XIVe siècle et le XVIe siècle.

Expansion : Le français s’est répandu proportionnellement aux progrès de l’administration et de la justice royale en France. Le français et sa structure grammaticale s’est cristallisé au XVIIe siècle autour du dialecte de l’Ile de France et ce au détriment les autres parlers régionaux.

Qu’est-ce que la francophonie ? Apparu à la fin du XIXe siècle, le terme « francophonie » désigne l’ensemble des personnes et des pays utilisant le français. Un pays francophone est un pays qui utilise entièrement ou partiellement le français.

Mamadou Sall

conteur mauritanien

Mamadou SallCe « piroguier du désert », fils d’un père d’origine halpoular et d’une mère wolof, est né à Keur Mour, un village situé au bord du fleuve Sénégal. Mamadou Sall est invité dans de nombreux festivals en France, en Europe et en Afrique. Arrivé au conte par la « force du destin », Mamadou Sall raconte les histoires traditionnelles qu’il collecte, abordant la diversité de la culture orale de l’Afrique de l’Ouest.

Pour en savoir plus : http://mamadou-sall.monsite-orange.fr/

Commentaires

Bouki se trompe

Il y a quelques jours Bouki prend la décision de chasser tous les chameaux de son territoire au lieu de les attaquer. Après réflexion, elle revient sur sa décision pour ne pas déranger les autres bouki qui se trouvent sur le territoire des chameaux et qui, à cause de cette provocation, se transforment en éléphants.
Merci

j'aime bien ces histoires qui

j'aime bien ces histoires qui sûrement ne sont pas que pour les touts petits. comment en lire d'avantage?

Bonjour, Vous pouvez lire et

Bonjour,
Vous pouvez lire et écouter près de 100 contes sur ce site !
L'équipe de Conte-moi

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Sites pour enfants :

Sites pour enseignants :

Serious games pour adolescents :