Le fils à la recherche de sa mère

Origine de la collecte : Sénégal
Illustration : Malang Sène

Un jeune homme élevé par une femme génie qui l’avait enlevé à sa mère alors qu’il venait de naître, décide de partir à sa recherche. La femme génie le couvre de biens et le met en garde contre les imposteurs. Seule sa vraie mère connaîtra les conditions de sa naissance.

Écouter le conte en français dit par Pape Faye

Écouter le conte en wolof dit par Pape Faye

lecture_conte play stop précédent retour arrière avance rapide suivant répéter muet moins volume plus

0 / 0 0:00 / 0:00

Télécharger les ressources

Le texte du conte

Un conte
On l'écoute
Il était une fois
Il existe encore.

Il était une fois une femme et son mari ; ils étaient tous deux esclaves. Ils vivaient chez le roi et travaillaient pour lui. Le roi était très méchant. Les esclaves travaillaient nuit et jour ; ils ne se reposaient jamais et ne mangeaient pas à leur faim. Un jour, le mari mourut. Son mari étant mort, la femme s'enfuit de la maison du roi. Elle sortit de la ville et décida de se réfugier dans un autre pays.

Avant la mort de son époux, la femme était déjà avancée en grossesse.
Elle marcha, marcha, marcha pendant longtemps, elle entra en travail. Elle vit un fleuve, et s'installa sur la rive jusqu'à sa délivrance. Lorsqu'elle eut accouché, elle prit un brin de canne à sucre et coupa le cordon ombilical. Elle mit au poignet de l'enfant un bracelet offert par son mari lors de son mariage. Cela se passait en pleine nuit. Elle décida d'attendre là le lever du jour. Mais quand elle se réveilla elle ne vit plus l'enfant. Elle le chercha partout en vain. Elle pleura jusqu'à n'avoir plus de larmes et s'en remit à Dieu. Elle reprit son chemin.

Elle arriva dans un autre grand pays, et y reprit ses fonctions d'esclave à la cour. Ce roi aussi était très méchant.

Il se trouvait que l'enfant avait été enlevé par une femme génie, qui le nourrissait et qui s'occupait de lui jusqu'à ce qu'il eût grandi. L'enfant lui servait de berger, accompagné du fils de la femme génie ! Un jour, il dit à ce fils :
- Moi, ma mère me manque beaucoup !

L'enfant de la femme génie lui répondit :
- Toi, tu sais que ma mère t'aime beaucoup. Quand tu reviendras à la maison, tu t'assiéras quelque part, tranquille comme si tu étais malade. Si elle te demande ce que tu as, tu répondras que ta mère te manque et que tu veux lui rendre visite. Ainsi elle te laissera partir.

Au retour des pâturages, l'enfant fit ce que lui avait recommandé le fils de la femme génie. La femme lui demanda ce qu'il avait. Il dit :
- Ma mère me manque, je voudrais lui rendre visite.

Le génie lui dit :
- Demain je te laisserai partir. Le lendemain, elle lui donna cent bœufs, cent moutons, cent chèvres, cent ânes, une outre pleine d'or et une outre pleine d'argent. Elle lui donna aussi de nombreux guerriers à cheval. L'enfant prit la tête du cortège.

Avant qu'il ne parte, elle lui dit :
- Tu ne connais pas ta mère, tu ne sais pas aussi où elle se trouve. Je te dirai donc ceci : beaucoup de femmes te diront qu'elles sont ta mère, mais tu leur demanderas en quel lieu elles t'ont enfanté, avec quoi elles ont coupé ton cordon ombilical, et ce qu'elles t'ont donné ensuite. Celle qui est ta mère, elle te dira: « Je t'ai mis au monde sur la rive d'un fleuve, j'ai coupé ton cordon avec un morceau de canne à sucre, je t'ai passé au poignet un bracelet ». Celle qui n'est pas ta mère ne pourra pas te donner ces réponses.

Ils se dirent adieu. L'enfant prit la route avec ses richesses et ses guerriers. Ils marchèrent, marchèrent jusqu'en vue d'une cité.
Quand ils y pénétrèrent, une femme vint à sa rencontre et lui dit :
- Beau jeune homme, où vas-tu ?
- Je suis à la recherche de ma mère.
- Je suis ta mère.
- Où m'as-tu enfanté ?
- Dans ma maison.
- Avec quoi as-tu coupé mon cordon ?
- Avec un couteau.
- Que m'avais-tu offert à ma naissance ?
- Le lait de mon sein.
- Toi tu n'es pas ma mère, dit l'enfant.

Une autre femme arriva et déclara qu'elle était sa mère.
- Où m'as-tu donné le jour ? demanda l'enfant.
- Dans mon arrière-cour.
- Toi non plus, tu n'es pas ma mère, dit l'enfant.

Toutes les femmes de l'endroit vinrent mais aucune n'était sa mère. Il reprit sa route vers une autre cité. Dans cette dernière, il ne trouva pas non plus sa mère. Il traversa ainsi de nombreux villages sans trouver sa mère. Il arriva enfin dans cette cité où sa mère vivait.

Toute femme qui voyait ses nombreuses richesses affirmait être sa mère.
Toutes les femmes du pays furent donc interrogées par l'enfant, l'une après l'autre, mais aucune ne donna les réponses de la femme génie.
Une femme dit alors :
- Appelez donc l'esclave, peut-être que c'est elle.
Toutes s'exclamèrent :
- Tu sais que cela ne peut pas être elle ! Celle-ci ne peut donner le jour à un enfant aussi beau, à un enfant aussi riche !
Sa mère s'approcha, le regarda, et le reconnut. Elle s'élança vers lui, et lui dit :
- Je suis ta mère.

L'enfant demanda :
- Où m'as-tu enfanté ?
- Au bord du fleuve.
- Avec quoi as-tu coupé mon cordon ?
- Avec un morceau de canne à sucre.
- Que m'as-tu donné à ma naissance ?
- Un bracelet offert par ton père lors de notre mariage.

L'enfant fut très heureux et cria :
- C'est toi qui es ma mère !
L'enfant la débarrassa de ses haillons, lui offrit des habits neufs, la mit sur le plus gros cheval et lui dit :
- Rentrons dans notre pays.
Quand ils arrivèrent dans leur contrée, ses guerriers attaquèrent le roi, le défirent, et l'enfant devint roi.

Il affranchit tous les esclaves leur donna la moitié de ses richesses et tous furent heureux.
D'autres villages déménagèrent et vinrent s'ajouter au sien. Son pays fut un grand pays, tout le monde en parlait.

C'est ici que le conte se jeta dans la mer.

Ce conte est extrait de « Contes wolof ou la vie rêvée » rassemblés par Seydou Nourou Ndiaye et Lilyan Kesteloot, édités par Enda et IFAN à Dakar, en 1996 dans la Collection "Clair de lune".

Le pays présenté ci-dessous correspond au pays où le conte a été enregistré et ne prétend pas donner d'origine unique au conte.

Les contes n'existent pas dans ce seul et unique pays. D'une version à une autre, d'un conteur à un autre, les contes circulent entre les pays et ne s'arrêtent heureusement pas aux frontières !

Le Sénégal

(République du Sénégal)

Population : Les sénégalais et les sénégalaise. Plus de 12 millions d’habitants.

Langues : Le Sénégal accueille une grande diversité linguistique. Le français est la langue officielle du Sénégal (depuis 2001). Le Sénégal possède également 6 langues nationales : le wolof, le malinké, le pular, le sérère, le soninké, le diola. La liste des langues nationales sera complétée par d’autres langues nationales codifiées.

Situation géographique : Le Sénégal est un pays d’Afrique de l’Ouest. A l’ouest : l’océan Atlantique (500 km de côtes). A 560 km de la côté : les îles du Cap-Vert. Au nord : la Mauritanie. A l’est : le Mali. Au sud : la Guinée et la Guinée-Bisseau. Quasi-enclave dans le pays (pénétrant à plus de 300 km à l’intérieur des terres) : la Gambie.

Superficie : 196 722 km²

Climat : Le climat du Sénégal est tropical et avec deux saisons : la saison sèche (novembre à juin) et la saison des pluies (juillet à octobre).

Capitale : Dakar

Hymne national : Le Lion rouge

Devise nationale : Un Peuple, Un But, Une Foi

Monnaie : Le Franc CFA

IDH (Indice de développement humain) : 0,411, IDH faible (chiffres 2010)

Indépendance : Décolonisation de la France le 4 avril 1960

Pour en savoir plus : Article « Sénégal » du Larousse :
http://www.larousse.fr/encyclopedie/pays/S%C3%A9n%C3%A9gal/143900

Drapeau: 
Drapeau du Sénégal

Nous avons choisi d'enregistrer le conte dans une ou deux langues parlées dans le pays de collecte.

Les langues citées ci-dessous ne sont pas représentatives de l'ensemble des langues parlées dans ce pays. Il s'agit des langues dans lesquelles le conte a été enregistré. Si vous souhaitez découvrir les autres langues parlées dans le pays de collecte du conte, consultez l'onglet "Le pays".

Le wolof

Famille de langues : Le wolof est une langue du groupe ouest-atlantique de la famille des langues Niger-Congo.

Pour en savoir plus sur la famille des langues Niger-Congo, (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/famille-des-langues-niger-congo

Nombre de locuteurs : environ 10 millions locuteurs sur un total de 12 à 13 millions de Sénégalais. Il y a des endroits du pays où le wolof n’est pas compris ou n’est pas parlé : Casamance (pays diolas et mandingues), certaines parties du pays sérère dont les îles du Saloum, Sénégal oriental (populations Tenda : Bassari, Boïn, Bedik, Koniagui, Badiaranké), une partie du pays soninké.

Pays : Le wolof est une des langues nationales au Sénégal, elle est parlée principalement au Sénégal, en Gambie et en Mauritanie.

Origine : Le wolof a une parenté très ancienne avec le peul. Le wolof a également des liens avec une autre langue du Sénégal : le sérère.

Sur la parenté entre les langues peul, sérère et wolof, Senghor écrit dans la préface du « Dictionnaire Sereer-Français » du Rd Père Léonce Crétois (6 tomes ronéo, Dakar, CLAD, 1972 – 1977) : « C’est que le serer, au dire de Maurice Delafosse – et l’hypothèse semble vraie – nous présente l’état le plus archaïque d’une ancienne situation, où les peuples « sénégalo-guinéens », dont les Peul, Wolof, Sérère, et diola, parlaient la même langue ». (T 1, pp. 1 et 2).

Pour en savoir plus sur le wolof (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/le-wolof

Le français

Famille de langues : Le français est une langue romane de la famille des langues indo-européennes.

Pour en savoir plus sur la famille des langues indo-européennes, (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/famille-des-langues-indo-europeennes

Nombre de locuteurs : 200 millions de locuteurs.

Pays : Le français est la langue officielle de la France et de nombreux autres pays : en Afrique et en Océanie mais aussi aux Antilles et aux Etats-Unis.

Origine : Le français est issu des formes orales et populaires du latin, il est aussi influencé par le Gaulois et par le Francique des Francs. Le français provient de la langue d’oïl, langue parlée dans la moitié nord de la France au Moyen Âge et langue dominante de la littérature entre le XIVe siècle et le XVIe siècle.

Expansion : Le français s’est répandu proportionnellement aux progrès de l’administration et de la justice royale en France. Le français et sa structure grammaticale s’est cristallisé au XVIIe siècle autour du dialecte de l’Ile de France et ce au détriment les autres parlers régionaux.

Qu’est-ce que la francophonie ? Apparu à la fin du XIXe siècle, le terme « francophonie » désigne l’ensemble des personnes et des pays utilisant le français. Un pays francophone est un pays qui utilise entièrement ou partiellement le français.

Pape Faye

conteur sénégalais

Pape FayePape Faye est un artiste conteur comédien sénégalais. Il a à son actif des dizaines de téléfilms. Il compte parmi les incontournables du Sénégal où il officie souvent en tant que Maître de cérémonie. Il est toujours dans les rendez-vous culturels les plus importants…

Commentaires

Belle histoire

Belle histoire.

j adore se jare comte ce une

J'adore ce conte merveilleux!

Le conte

Ce site est très bien pour les enfants ou les collégiens. Je le conseille aux enfants pour des devoirs à l' école.

Il est bien

Il est bien

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Sites pour enfants :

Sites pour enseignants :

Serious games pour adolescents :