Dilino et le beng

Origine de la collecte : Roms
Illustration : Jangil

Dilino est un personnage récurrent dans les contes roms. Mis au défi par le beng, il lui faudra rivaliser d'astuce avec ce dernier pour prouver son intelligence et sa capacité à faire face et à improviser... Même le Malin peut trouver plus malin que lui.

Écouter le conte en français dit par Nouka Maximoff

Écouter le conte en romani dit par Sasha Zanko

lecture_conte play stop précédent retour arrière avance rapide suivant répéter muet moins volume plus

0 / 0 0:00 / 0:00

Télécharger les ressources

Le texte du conte

Il était une fois, quelque part ou nulle part, un Rom très pauvre qui s'appelait Dilino. Il avait beaucoup, beaucoup d'enfants. Il en avait tant qu'il n'arrivait même plus à les compter. Et chaque jour que Dieu fait, il entendait ses enfants pleurer et crier : « On a faim, papa ! On a si faim qu'on mangerait même un diable tout cru ! »

Un jour, il décide de partir sur les routes pour trouver du pain pour ses enfants. Il met dans son sac un couteau, une corde, un morceau de fromage et il prend la route.

Il marche, il marche, il marche, toute la journée. Il se trouve au milieu d'une épaisse forêt lorsque la nuit tombe. Dans le tronc d'un grand arbre, il voit un trou, et lorsqu'il s'approche, il voit de la lumière au fond du trou, loin au-dessous de lui. Et puis il commence à sentir une bonne odeur de viande rôtie. Il voit une sorte d'escalier qui descend dans la terre, sous l'arbre. Il prend son courage à deux mains et descend l'escalier. Arrivé au fond, il voit un homme, grand comme un ours des montagnes, qui fait cuire une vache entière sur une broche, au-dessus d'un grand feu.

« Que viens-tu faire ici ? rugit le géant. De quel droit oses-tu me déranger alors que je prépare mon repas ? Quel culot ! Tu devrais avoir peur. Ne vois-tu pas que je suis un "beng", un diable ? »

En réalité, Dilino avait très peur, mais essayait de ne pas le montrer.

« Tu ne me fais pas peur, tout beng que tu sois, dit-il. Si tu veux qu'on se batte, je suis ton homme ; mais je te préviens, je suis bien plus fort que toi. Je suis si fort que je peux, d'une main, écraser une pierre et en tirer du lait. »

Dilino fait semblant de chercher une pierre, et en douce, sort le morceau de fromage de son sac. Il le presse en faisant une grosse grimace et le lait coule du fromage devant les yeux ébahis du beng.

Ce dernier, très impressionné, essaie d'en faire autant. Il ramasse une pierre, et la serre si fort, que sa tête est prêt d'exploser ; mais rien, pas une seule goutte ne sort de la pierre. Alors il pense : « Ce petit homme est très fort, plus fort que moi peut-être. Il faut que je sache jusqu'où va sa force. »

Le beng dit alors : « D'accord, je veux bien que tu manges avec moi ; mais avant, il faut que nous allions chercher du bois pour le feu car il risque de s'éteindre. »

Tous deux remontent à la surface pour couper du bois. Dilino sort de son sac la corde qu'il avait emportée. Il l'enroule autour du tronc d'un gros arbre puis autour d'un deuxième arbre, puis d'un troisième. Quand le beng lui demande ce qu'il fait, Dilino répond :

« Tu le vois bien, plutôt que de remonter plusieurs fois chercher du bois pour le feu, je préfère emporter avec moi toute la forêt d'un coup ; c'est pourtant simple à comprendre !

- Un seul arbre suffira, dit le beng. Laisse-moi faire. Le diable arrache un arbre, le met sur son épaule et l'emporte dans la grotte. Mais, au moment de se mettre à table, le diable dit qu'il faut aussi aller chercher de l'eau, car ils n'ont rien à boire. »

Le beng prend deux grands tonneaux et tous deux remontent à la surface pour puiser de l'eau. Ils arrivent près d'un étang. Là, Dilino sort de son sac son couteau et commence à creuser la terre sur le bord de l'étang. Quand le beng lui demande ce qu'il fait, Dilino répond :

« Tu le vois bien, je n'ai pas envie de remonter toutes les cinq minutes chercher de l'eau. J'aime mieux emporter tout l'étang d'un coup ; ainsi nous serons tranquilles.

- Je crois que deux tonneaux d'eau suffiront, dit le diable qui a de plus en plus peur de cet homme et de sa force surnaturelle. »

De retour dans la grotte, tous deux se mettent à table et mangent de la bonne viande de vache bien rôtie. Le beng voit bien que Dilino mange beaucoup moins que lui, mais Dilino lui dit qu'il est un peu fatigué, car il a combattu un dragon et tué trois ours dans la journée. De plus, il a déjà mangé deux vaches à midi et n'a plus vraiment faim.

En entendant ces paroles, le diable se sent perdu. Il va chercher un gros sac rempli de pièces d'or qu'il donne au Rom pour qu'il le laisse tranquille et s'en retourne chez lui.

Dilino regarde le sac. Il sait qu'il ne pourra jamais soulever une telle charge.

« Eh bien, dit-il au beng, tu ne crois quand même pas que je vais porter moi-même le sac alors que j'ai un bon serviteur comme toi pour le faire à ma place ! Allons, prends ce sac sur ton dos avec moi par-dessus et emmène-moi jusqu’à chez moi, sinon, j'écrase ta tête avec mon poing. »

Terrifié, le beng jette le sac sur son dos et Dilino saute par-dessus.

Après quelques heures de marche, ils arrivent près de la maison du Rom. De loin, les dizaines d'enfants de Dilino voient leur père arriver. Ils courent vers lui en criant : « On a faim, papa ! On a si faim qu'on mangerait même un diable tout cru ! »

En entendant cela, notre pauvre diable, à moitié mort de peur, lâche le sac avec Dilino qui se retrouve sur ses fesses et il prend ses jambes à son cou.

Et je crois qu'il court encore, s'il n'est pas mort.

Le pays présenté ci-dessous correspond au pays où le conte a été enregistré et ne prétend pas donner d'origine unique au conte.

Les contes n'existent pas dans ce seul et unique pays. D'une version à une autre, d'un conteur à un autre, les contes circulent entre les pays et ne s'arrêtent heureusement pas aux frontières !

Les Roms

Origine : Le mot « rom » est un terme générique. On pourra donc lire « Tsiganes » pour désigner les Roms, ou encore « gens du voyage, Gitans, Bohémiens, Manouches ». « Rom » signifie « Homme » en romani et est utilisé par les Roms eux-mêmes. Il a été adopté en 1971 par des associations d’Europe de l’Est, notamment l’Union romani internationale pour remplacer celui de « Tsigane », considéré comme péjoratif. Les Roms sont originaires d’Inde, et sont présents en Europe, mais également en Amérique, en Iran, et en Australie. En France, ils seraient plus de 20000 individus.

Population :Les Roms sont divisés en trois familles :
- Les Kalé, aussi appelés « Gitans », vivent essentiellement dans la péninsule ibérique et l’Amérique latine, et parlent le caló, mélange de romani et de catalan. Ils représentent environ 10% des Roms.
- Les Romanichels, eux, peuplent l'Europe orientale et centrale (Roumanie, Bulgarie...).
- Les Sinté, enfin, peuplent l'Europe occidentale (France, Italie, Allemagne...). En France, ils sont appelés « Manouches ». Tout comme les Romanichels, ils parlent le romani et les langues des pays où ils résident. Ils représentent 4% des Roms.
La population mondiale des Roms est quant à elle estimée de 5,8 à 13 millions d’habitants, répartis principalement en Europe.

Situation géographique : Les Roms ne vivent pas dans un pays en particulier. Ils ont commencé à migrer en Europe au début du XVe siècle, et représentent aujourd’hui la plus grosse minorité ethnique d'Europe, avec une population variant de 10 à 12 millions d’individus. L'Espagne est le pays de l'Europe de l'Ouest qui accueille la plus grosse communauté de Roms. C'est aussi l'un des rares à lui avoir donné le statut de minorité nationale. Il y aurait également plus d’un million de Roms aux Etats-Unis, et entre 30 000 et 50 000 au Canada, la plupart à Toronto, mais aucun au Québec.

Famille de langues : Le romani est une langue indo-européenne de la branche indo-iranienne. Dérivée de parlers populaires proches du sanskrit, elle possède de nombreux éléments de base en commun avec le Hindi et les langues du nord de l’Inde, comme le Rajasthani. Cependant, le mouvement migratoire des Roms a produit de nombreuses variantes régionales, influencées par les diverses langues environnantes.

Langues : Le romani se divise en trois grands groupes :
- la « branche atlantique », aujourd'hui réduite à quelques dizaines de mots utilisés par les Kalé et les Romanichels,
- les parlers sinto-manouches, plus proches du « romani commun », avec des emprunts importants aux langues germaniques et baltes,
- enfin, le troisième groupe, dont la forme la plus connue est le kelderàri, s'est formé à partir des parlers sinto-manouches et d’emprunts au roumain, à d'autres langues des Balkans, et aux langues slaves.

Il existe également des dialectes mixtes, regroupés sous l'appellation de « pararomani », qui ne sont pas d'origine romani, mais comportent un nombre important d'apports romanis : c'est le cas de l'anglo-romani (Royaume-Uni), du scandoromani (Suède et Norvège), du caló (Espagne, Portugal, Amérique latine), du sinto italien, du manouche (Allemagne), etc.

Source :
http://www.academia.edu/2320894/R%C3%A9alit%C3%A9s_tsiganes_m%C3%A9connaissance_et_d%C3%A9sint%C3%A9r%C3%AAt_en_Am%C3%A9rique_du_Nord

Drapeau: 
Drapeau rom

Nous avons choisi d'enregistrer le conte dans une ou deux langues parlées dans le pays de collecte.

Les langues citées ci-dessous ne sont pas représentatives de l'ensemble des langues parlées dans ce pays. Il s'agit des langues dans lesquelles le conte a été enregistré. Si vous souhaitez découvrir les autres langues parlées dans le pays de collecte du conte, consultez l'onglet "Le pays".

Le romani

Famille de langues : Le romani est une langue de la famille des langues indo-européennes de la branche indo-iranienne et plus précisément indo-aryenne.

Pour en savoir plus sur la famille des langues indo-européennes, (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/famille-des-langues-indo-europeennes

Nombre de locuteurs : plus de 4,5 millions de locuteurs.

Pays : Le romani (ou plus précisément les langues romanies) est parlé dans plusieurs pays, et en particulier la Roumanie, la Bulgarie et la Russie.

Origine : Le romani s'est développé à partir d'une langue populaire parlée dans le nord de l'Inde et dont la forme savante était le sanskrit. Entre le XIe et le XIVe siècle, le romani s'est enrichi de nombreux mots d'origine néo-persane, arménienne et grecque pontique puis, à partir du XIVe siècle, de diverses langues européennes avec lesquelles il s’est trouvé en contact.

Ecriture: Une littérature romani existe depuis les années 1930, mais les langues romanies utilisent des orthographes ou alphabets différents. Ces variétés dépendent généralement des pays dans lesquels vivent les communautés rom correspondantes. Dans les années 1980/1990, Marcel Courthiade propose néanmoins un « alphabet romani standard » à partir de l’alphabet latin. L’Union Romani Internationale adopte cet alphabet comme orthographe officielle bien qu’elle ne soit, aujourd’hui, pas universellement adoptée par les écrivains en romani.

Le français

Famille de langues : Le français est une langue romane de la famille des langues indo-européennes.

Pour en savoir plus sur la famille des langues indo-européennes, (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/famille-des-langues-indo-europeennes

Nombre de locuteurs : 200 millions de locuteurs.

Pays : Le français est la langue officielle de la France et de nombreux autres pays : en Afrique et en Océanie mais aussi aux Antilles et aux Etats-Unis.

Origine : Le français est issu des formes orales et populaires du latin, il est aussi influencé par le Gaulois et par le Francique des Francs. Le français provient de la langue d’oïl, langue parlée dans la moitié nord de la France au Moyen Âge et langue dominante de la littérature entre le XIVe siècle et le XVIe siècle.

Expansion : Le français s’est répandu proportionnellement aux progrès de l’administration et de la justice royale en France. Le français et sa structure grammaticale s’est cristallisé au XVIIe siècle autour du dialecte de l’Ile de France et ce au détriment les autres parlers régionaux.

Qu’est-ce que la francophonie ? Apparu à la fin du XIXe siècle, le terme « francophonie » désigne l’ensemble des personnes et des pays utilisant le français. Un pays francophone est un pays qui utilise entièrement ou partiellement le français.

Nouka Maximoff

Conteuse rom

Nouka Maximoff

Nouka tire ses contes de ses origines roms et de l'histoire de son peuple.

De son histoire familiale, de son enfance vécue entre nomadisme et sédentarité et de ses lectures, notamment les livres de son père, l'écrivain Matéo Maximoff, Nouka extrait une mémoire faite de paroles, d'imaginaire et de souvenirs divers.

Des souvenirs qui rejaillissent à travers des contes qu'elle prend plaisir à partager avec les enfants et les parents, dans les écoles, les bibliothèques, les centres culturels ou encore les festivals.

Sasha Zanko

Conteur rom

Sasha ZankoPrésident de l’association « Tchatchipen » et délégué national du Forum Européen des Roms et des Gens du Voyage, Sasha Zanko est étameur de métier.

Très investi dans la valorisation de la culture rom et de la langue romani lors de conférences, de colloques ou de festivals, Sasha conte à la fois en français et en romani.

Commentaires

Un Grand Bravo !

Bonjour Nouka & Sasha !

C'est maintenant, après de les avoir écouté tant de fois, grand temps de vous féliciter sincèrement avec votre magnifique présentation de ces contes. Je me réjouis de vous entendre en temps voulu en France. Merci beaucoup !

Bonne chance et amitiés de Wout (Pays-Bas)

Un petit coucou aux deux conteurs

Quelle bonne idée d'avoir associé vos talents, Nouka et Sasha !
Vos auditeurs doivent se régaler et nous espérons pouvoir, nous aussi, un jour, entendre ces contes dits par vous deux, peut-être aux Saintes, qui sait ?
En tout cas, continuez, ça nous permet de rêver un peu, et on en a bien besoin !!
Amitiés de Retcha et Marie-Anne

Merci

Merci Retcha et Marie-Anne.
Sasha et moi espérons pouvoir continuer à dire ces contes ensemble ou séparément afin de les faire vivre.
Merci pour votre soutien et votre amitié.
Nouka

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.

Sites pour enfants :

Sites pour enseignants :

Serious games pour adolescents :