Le chasseur et le génie voleur de femmes

Origine de la collecte : Sénégal
Illustration : Malang Sène

Un chasseur téméraire entendant parler d’un pays dans lequel un génie vole les jeunes mariées, décide de s’y rendre et d’y prendre femme. Il convainc le roi de lui donner sa fille pour épouse et s’engage à lutter contre le génie si celle-ci venait à disparaître…

Écouter le conte en français dit par Pape Faye

Écouter le conte en wolof dit par Pape Faye

lecture_conte play stop précédent retour arrière avance rapide suivant répéter muet moins volume plus

0 / 0 0:00 / 0:00

Télécharger les ressources

Le texte du conte

C'est un conte.

Dites-nous un conte.
Il était une fois.
Cela existe encore.

Il y avait un génie qui volait la femme des nouveaux mariés.
Quiconque se mariait se voyait privé de sa nouvelle épouse, enlevée par le génie.

Un brave et téméraire chasseur apprit la nouvelle et annonça qu'il irait chercher une femme dans ce pays, afin de savoir si les hommes y sont sans valeur.

Après avoir dit cela, il se prépara et partit. Quand il arriva dans la cité, on le reçut avec faste. Le roi lui demanda le motif de sa visite. Le chasseur lui dit qu'il venait prendre femme.
Le roi lui dit :
- Ici tu ne peux obtenir une femme, car à tous ceux à qui on a donné une épouse, le génie l'a enlevée et toutes ces épouses ont été ainsi perdues à jamais.

Le jeune homme répondit au roi :
- Moi je suis un chasseur. Le génie, la bravoure qu'il nous montre,... si tu me donnes ta fille en mariage et s'il me la prend, je lutterai avec lui. Toi, observe-moi simplement, ne te préoccupe que de moi.
Le roi dit :
- Ce que tu dis, est-ce que c'est sûr ?
L'homme répondit :
- C'est sûr.

Le roi lui donna une femme. Le mariage fut célébré durant trois jours.
Lorsque les invités furent partis, le jeune homme rentra avec son épouse dans leur chambre.
Dès qu'ils se couchèrent, le mari tenta de la toucher dans l'obscurité, mais ne trouva rien. Il s'inquiéta. Il se leva et alla voir le père de la mariée. Il lui dit qu'en effet, il avait eu raison. Le génie est venu voler son épouse !

Le matin, il alla trouver un marabout et lui dit :
- J'ai épousé une femme et le génie est venu la prendre.
Le marabout regarda les signes et lui dit : « Le génie, toutes les personnes qu'il a enlevées d'ici, il les a emportées au-delà du fleuve. Si tu peux dépasser le fleuve, tu pourras tuer les génies. Les génies se trouvent dans une antilope-jument. Dans cette antilope, il y a un kewel. Dans cette petite antilope, il y a un corbeau. Dans ce corbeau, il y a un œuf. Cet œuf, si tu l'écrases, les femmes volées par le génie vont t'apparaître ».

Le marabout dit encore :
- L’antilope Koba quitte (son logis) vers onze heures pour aller boire à la roche qui se trouve dans le fleuve. Louti est son nom.

Le chasseur partit, prit sa gibecière, y mit sa nourriture et se fit accompagner de son chien. Aussitôt qu'ils furent sortis de la ville, un lion les vit, rugit et courut vers eux.
L'homme s'agenouilla pour tirer, le lion lui demanda :
- Que vas-tu faire ?
Le chasseur lui dit :
- On a volé ma femme, je suis à sa recherche; si tu veux m'attaquer, je te tue !


Le lion lui dit :
- Partons donc, je m'en vais t'aider. Ce que peut faire un ou deux, trois le feront mieux.

Ils marchèrent longtemps ; un aigle venant on ne sait d'où plana au-dessus du chasseur. L'homme voulut le tuer, l'aigle dit :
- Que vas-tu faire de moi ?
- On a volé ma femme, je suis à sa recherche. Si tu m'attaques, je te tue tout de suite.
L'aigle lui dit :
- Allons-y, je vais t'aider. Ce que deux ou trois peuvent, quatre le pourront mieux.

L'homme, avec les trois animaux, chemina dans la brousse. Quand ils arrivèrent au bord du fleuve, le lion creusa un trou profond, ils s'y tapirent, bien cachés.
Vers onze heures, l'antilope-Koba arriva pour boire au rocher du fleuve. Le lion bondit et tomba sur elle ; il l'éventra. La petite antilope sortit du ventre et se mit à courir. Le chien la poursuivit. Ils coururent sur deux longueurs de sas, le chien l'attrapa et l'éventra. Un corbeau en sortit et s'envola. L'aigle le rencontra en l'air et le percuta, le corbeau tomba, l'aigle l'éventra. Un œuf en sortit et roula sur le sol, le chasseur l'écrasa.

Aussitôt, on entendit de l'autre rive du fleuve les cris de nombreuses femmes.
L'homme retourna à la ville pour appeler les habitants. Quand ils vinrent, chacun prit sa pirogue, le chasseur, lui, monta sur le lion, ils traversèrent le fleuve. Là-bas il reconnut sa femme, la reprit et rentra avec elle.

C'est là que le conte alla tomber dans la mer ; celui qui le respire ira au paradis.

Ce conte est extrait du recueil « Des contes wolof ou la vie rêvée », rassemblés par Seydou Nourou Ndiaye et Lilyan Kesteloot, édités par IFAN et Enda à Dakar, en 1998 dans la collection "Clair de lune".

Le pays présenté ci-dessous correspond au pays où le conte a été enregistré et ne prétend pas donner d'origine unique au conte.

Les contes n'existent pas dans ce seul et unique pays. D'une version à une autre, d'un conteur à un autre, les contes circulent entre les pays et ne s'arrêtent heureusement pas aux frontières !

Le Sénégal

(République du Sénégal)

Population : Les sénégalais et les sénégalaise. Plus de 12 millions d’habitants.

Langues : Le Sénégal accueille une grande diversité linguistique. Le français est la langue officielle du Sénégal (depuis 2001). Le Sénégal possède également 6 langues nationales : le wolof, le malinké, le pular, le sérère, le soninké, le diola. La liste des langues nationales sera complétée par d’autres langues nationales codifiées.

Situation géographique : Le Sénégal est un pays d’Afrique de l’Ouest. A l’ouest : l’océan Atlantique (500 km de côtes). A 560 km de la côté : les îles du Cap-Vert. Au nord : la Mauritanie. A l’est : le Mali. Au sud : la Guinée et la Guinée-Bisseau. Quasi-enclave dans le pays (pénétrant à plus de 300 km à l’intérieur des terres) : la Gambie.

Superficie : 196 722 km²

Climat : Le climat du Sénégal est tropical et avec deux saisons : la saison sèche (novembre à juin) et la saison des pluies (juillet à octobre).

Capitale : Dakar

Hymne national : Le Lion rouge

Devise nationale : Un Peuple, Un But, Une Foi

Monnaie : Le Franc CFA

IDH (Indice de développement humain) : 0,411, IDH faible (chiffres 2010)

Indépendance : Décolonisation de la France le 4 avril 1960

Pour en savoir plus : Article « Sénégal » du Larousse :
http://www.larousse.fr/encyclopedie/pays/S%C3%A9n%C3%A9gal/143900

Drapeau: 
Drapeau du Sénégal

Nous avons choisi d'enregistrer le conte dans une ou deux langues parlées dans le pays de collecte.

Les langues citées ci-dessous ne sont pas représentatives de l'ensemble des langues parlées dans ce pays. Il s'agit des langues dans lesquelles le conte a été enregistré. Si vous souhaitez découvrir les autres langues parlées dans le pays de collecte du conte, consultez l'onglet "Le pays".

Le wolof

Famille de langues : Le wolof est une langue du groupe ouest-atlantique de la famille des langues Niger-Congo.

Pour en savoir plus sur la famille des langues Niger-Congo, (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/famille-des-langues-niger-congo

Nombre de locuteurs : environ 10 millions locuteurs sur un total de 12 à 13 millions de Sénégalais. Il y a des endroits du pays où le wolof n’est pas compris ou n’est pas parlé : Casamance (pays diolas et mandingues), certaines parties du pays sérère dont les îles du Saloum, Sénégal oriental (populations Tenda : Bassari, Boïn, Bedik, Koniagui, Badiaranké), une partie du pays soninké.

Pays : Le wolof est une des langues nationales au Sénégal, elle est parlée principalement au Sénégal, en Gambie et en Mauritanie.

Origine : Le wolof a une parenté très ancienne avec le peul. Le wolof a également des liens avec une autre langue du Sénégal : le sérère.

Sur la parenté entre les langues peul, sérère et wolof, Senghor écrit dans la préface du « Dictionnaire Sereer-Français » du Rd Père Léonce Crétois (6 tomes ronéo, Dakar, CLAD, 1972 – 1977) : « C’est que le serer, au dire de Maurice Delafosse – et l’hypothèse semble vraie – nous présente l’état le plus archaïque d’une ancienne situation, où les peuples « sénégalo-guinéens », dont les Peul, Wolof, Sérère, et diola, parlaient la même langue ». (T 1, pp. 1 et 2).

Pour en savoir plus sur le wolof (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/le-wolof

Le français

Famille de langues : Le français est une langue romane de la famille des langues indo-européennes.

Pour en savoir plus sur la famille des langues indo-européennes, (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/famille-des-langues-indo-europeennes

Nombre de locuteurs : 200 millions de locuteurs.

Pays : Le français est la langue officielle de la France et de nombreux autres pays : en Afrique et en Océanie mais aussi aux Antilles et aux Etats-Unis.

Origine : Le français est issu des formes orales et populaires du latin, il est aussi influencé par le Gaulois et par le Francique des Francs. Le français provient de la langue d’oïl, langue parlée dans la moitié nord de la France au Moyen Âge et langue dominante de la littérature entre le XIVe siècle et le XVIe siècle.

Expansion : Le français s’est répandu proportionnellement aux progrès de l’administration et de la justice royale en France. Le français et sa structure grammaticale s’est cristallisé au XVIIe siècle autour du dialecte de l’Ile de France et ce au détriment les autres parlers régionaux.

Qu’est-ce que la francophonie ? Apparu à la fin du XIXe siècle, le terme « francophonie » désigne l’ensemble des personnes et des pays utilisant le français. Un pays francophone est un pays qui utilise entièrement ou partiellement le français.

Pape Faye

conteur sénégalais

Pape FayePape Faye est un artiste conteur comédien sénégalais. Il a à son actif des dizaines de téléfilms. Il compte parmi les incontournables du Sénégal où il officie souvent en tant que Maître de cérémonie. Il est toujours dans les rendez-vous culturels les plus importants…

Commentaires

TRES AMUSANT

BRAVO ! BRAVE CHASSEUR !

J'aime vraiment cette belle histoire !

J'aime vraiment cette belle histoire !

Des ressemblances occidentales

Ce conte a en effet quelques ressemblances avec ceux que l'on titre internationalement : "corps sans âme".

pourquoi pas

tout ça c'est dans l'imaginaire alors même si c'est surréaliste n'oubliez pas que c'est un conte:)

un peu tiré par les cheveux

un peu tiré par les cheveux ou les poils...comme vous voudrez,
mais parlez-en d'abord à votre femme si vous en avez une!
Bon, à la prochaine!

Amusant.

Amusant.

c'est une histoire ridicule

c'est une histoire ridicule

Non, c'est plutôt amusant.

Non, c'est plutôt amusant. C'est un conte, voyons.

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Sites pour enfants :

Sites pour enseignants :

Serious games pour adolescents :