Monplaisir

Origine de la collecte : Haïti
Illustration : Marie-Denise Douyon

Le roi pleurait la disparition de son animal préféré, un bouc qu'il avait nommé Monplaisir. Il promet une fortune à celui qui pourra lui apporter quelques éclaircissements sur cette mystérieuse disparition...

Écouter le conte en français dit par Mimi Barthélemy

Écouter le conte en dit par

lecture_conte play stop précédent retour arrière avance rapide suivant répéter muet moins volume plus

0 / 0 0:00 / 0:00

Télécharger les ressources

Le texte du conte

Le roi pleurait la disparition de son animal préféré, un bouc qu'il avait nommé Monplaisir. Il promet une fortune à celui qui pourra lui apporter quelques éclaircissements sur cette mystérieuse disparition. En vérité, Malice était le coupable. Il avait tué Monplaisir, l'avait dépecé, avait tanné sa peau et avec sa chair s'était concocté un délicieux tasso de cabri.

Il se présente devant le roi et lui donne le conseil suivant : « Lors de la veillée de prière pour Monplaisir, demandez donc aux participants d'offrir une chanson ou un poème. Vous trouverez, peut-être, quelques indices qui vous éclaireraient sur la disparition de Monplaisir que vous aimiez tant. Sire mon roi, croyez bien que je compatis à votre douleur », ajoute Malice qui échafaudait un plan diabolique contre son souffre douleur préféré, Bouki le balourd. Le roi se laisse tenter par la proposition de Malice mais, néanmoins, lui promet le pire des supplices, en cas d'échec.

Malice, donc, coupe dans la peau du Bouc qui avait fait son régal, un habit fort élégant, et compose une chansonnette avec paroles et mélodie. Il convoque Bouki et lui fait miroiter que le roi propose au plus élégant des invités de la veillée mortuaire les meilleurs morceaux du banquet et en outre il offre cinq barils d'argent à celui qui offrira la plus jolie chanson composée en l'honneur de Monplaisir. « Hélas, glisse Malice, j'ai tout ce qu'il me faut, habit et chanson, mais je souffre d'un "gaz" qui me paralyse l'épaule et je ne pourrai pas participer à la veillée ».
Bouki se tortille, tousse, se gratte le crâne et pleurniche. Il pourrait fort bien remplacer Malice, vus leurs liens d'amitié.
- Je te vends l'habit à prix d'ami, un baril d'argent, propose Malice.
- Top là, fait Bouki qui tombe dans le panneau. Et la chanson ?
- Également à prix d'ami.
- Un baril d'argent ? coupe Bouki, qui, très rapidement, avait calculé qu'il lui resterait trois barils d'argent, des cinq que lui donnerait le roi, en récompense de son élégance et de son chant.

Le soir de la veillée mortuaire le palais déborde de monde. Le roi n'a pas lésiné, c'est une veillée digne de celui qui lui donnait tant de plaisir. Des bœufs entiers rôtissent sur de grands boucans, des porcs cuisent à la broche, d'innombrables barriques de rhum coulent à flots. Bouki, gonflé comme Léon le paon, s'avance en relevant les pans de son habit. Il arrive juste à temps pour chanter :
« Wa,wa,wa m'tande ou fè yon rasanble
Ou pa t envite mwen
Ala m' tande ou pedi Monplezi
Men po li sou do mwen
Ren ben den beng
Men kui li so do mwen. »

L'assistance s'agite, le roi encourage le chanteur à donner à nouveau de la voix. Bouki s'exécute aussitôt :
« Roi, Roi, Roi, j'apprends qu'il y a une veillée à laquelle je n'étais point convié.
J'apprends, de même, la perte de Monplaisir.
Voilà sa peau sur mon dos
Ren ben den beng
Voilà son cuir sur mon dos. »

Les invités enhardis s'approchent de Bouki, tournent autour de lui et palpe le vêtement. C'est en effet la peau de Monplaisir que le chanteur a sur le dos. Le roi, terrassé, ordonne à ses gardes de s'emparer de l'assassin et de le battre à coups de bâton, à coups de coco-macaque. Bouki tente de s'expliquer : « C'est la faute à Malice. »

Malice, qui s'était glissé dans l'assistance, crie aussitôt aux gardes de lui rompre les dents, de ne pas le laisser parler sinon Bouki prononcerait une formule magique et disparaîtrait. Quand la bastonnade cesse, Bouki n'est plus qu'une masse informe. Malice, lui, reçoit cinq barils d'argent et devient conseiller du roi de ce pays où règne l'impunité.

Le pays présenté ci-dessous correspond au pays où le conte a été enregistré et ne prétend pas donner d'origine unique au conte.

Les contes n'existent pas dans ce seul et unique pays. D'une version à une autre, d'un conteur à un autre, les contes circulent entre les pays et ne s'arrêtent heureusement pas aux frontières !

Haïti

(République d'Haïti)

Population : Les haïtiens et les haïtiennes. Plus de 10 millions d’habitants.

Langues : Le créole haïtien et le français sont les langues officielles d’Haïti. Le créole est la langue maternelle de tous les haïtiens tandis que le français n’est parlé que par une petite minorité cultivée. Le créole haïtien fait partie des créoles français formés durant la traite des Noirs. Sa base lexicale provient en grande partie du vocabulaire français tandis que sa grammaire est influencée par des langues africaines.

Situation géographique : Haïti est un état insulaire des Grandes Antilles, au centre de la région Caraïbe. Haïti correspond au tiers occidental de l’île d’Hispaniola (aussi appelé île d’Haïti), il comprend plusieurs petites îles et archipels, notamment la Gonâve, la Tortue, les Cayemites, l’île-à-Vache et l'île Navase. A l’ouest : Cuba. Au nord : l’océan Atlantique. A l’est, sur l’île d’Haïti : la République dominicaine. Au sud : la mer des Antilles (aussi appelée mer des Caraïbes). Au sud-ouest : la Jamaïque.

Superficie : 27 750 km2

Climat : Le climat haïtien est un climat tropical maritime pluvieux. La saison des pluies dure d’avril à octobre.

Capitale : Port-au-Prince

Hymne national : La Dessalinienne

Devise nationale : Liberté, Égalité, Fraternité

Monnaie : La gourde haïtienne

IDH (Indice de développement humain) : 0,404, IDH faible (chiffres 2010)

Indépendance : 1er janvier 1804

Pour en savoir plus : Article « Haïti » du Larousse :
http://www.larousse.fr/encyclopedie/pays/Ha%C3%AFti/122971

Drapeau: 
Drapeau d'Haïti

Nous avons choisi d'enregistrer le conte dans une ou deux langues parlées dans le pays de collecte.

Les langues citées ci-dessous ne sont pas représentatives de l'ensemble des langues parlées dans ce pays. Il s'agit des langues dans lesquelles le conte a été enregistré. Si vous souhaitez découvrir les autres langues parlées dans le pays de collecte du conte, consultez l'onglet "Le pays".

Le français

Famille de langues : Le français est une langue romane de la famille des langues indo-européennes.

Pour en savoir plus sur la famille des langues indo-européennes, (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/famille-des-langues-indo-europeennes

Nombre de locuteurs : 200 millions de locuteurs.

Pays : Le français est la langue officielle de la France et de nombreux autres pays : en Afrique et en Océanie mais aussi aux Antilles et aux Etats-Unis.

Origine : Le français est issu des formes orales et populaires du latin, il est aussi influencé par le Gaulois et par le Francique des Francs. Le français provient de la langue d’oïl, langue parlée dans la moitié nord de la France au Moyen Âge et langue dominante de la littérature entre le XIVe siècle et le XVIe siècle.

Expansion : Le français s’est répandu proportionnellement aux progrès de l’administration et de la justice royale en France. Le français et sa structure grammaticale s’est cristallisé au XVIIe siècle autour du dialecte de l’Ile de France et ce au détriment les autres parlers régionaux.

Qu’est-ce que la francophonie ? Apparu à la fin du XIXe siècle, le terme « francophonie » désigne l’ensemble des personnes et des pays utilisant le français. Un pays francophone est un pays qui utilise entièrement ou partiellement le français.

Mimi Barthélémy

conteuse haïtienne

Mimi BarthélémyNée en Haïti (Port-au-Prince, le 3 mai 1939), Mimi Barthelemy fait ses études supérieures en France et vit ensuite à l'étranger : en Amérique latine, au Sri Lanka et en Afrique du Nord. Ainsi commence son chemin vers le conte lié à une quête personnelle sur son identité de femme haïtienne vivant hors de son pays. Cette recherche l'amène d'une part à se rapprocher de la communauté haïtienne de France et d'autre part à entreprendre un long travail sur la voix, grâce auquel elle trouve accès à l'expression de sa mémoire.

Pour en savoir plus : http://www.mimibarthelemy.com/

 

Commentaires

J'aime beaucoup

J'aime beaucoup

J'aime beaucoup la chanson

J'aime beaucoup la chanson

Trop cool ce conte

Trop cool ce conte !

La disparition de Monplaisir

L'impunité règne ! Une fois présumé coupable on n'a plus la voix, c'est moche ça !

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Sites pour enfants :

Sites pour enseignants :

Serious games pour adolescents :