L'autruche

Origine de la collecte : Mauritanie
Illustration : Yacouba Diarra

Le village de Fondé découvre pour la première fois une autruche. Un enfant découvre que c'est une grande danseuse. La nouvelle arrive à l'oreille du lion, qui organise une grande cérémonie où l'autruche montre ses talents de danseuse. Par mégarde, elle éventre le jeune lionceau. La hyène, qui s'est déclarée parente de l'autruche, est désignée pour venger le lionceau.

Écouter le conte en français dit par Mamadou Sall

Écouter le conte en wolof dit par Mamadou Sall

lecture_conte play stop précédent retour arrière avance rapide suivant répéter muet moins volume plus

0 / 0 0:00 / 0:00

Télécharger les ressources

Le texte du conte

De mémoire d'homme, on n’a jamais vu d'autruche à Fondé, le village de Moussa. Un matin, un animal géant, haut sur pattes, qui ne ressemble pas à un oiseau parce qu'il est grand comme un chameau, mais qui ne ressemble pas non plus à un mammifère parce qu'il a des plumes et qu'il a seulement deux pattes. Cet animal bizarre entre dans le village, se dirige sur la place du marché où sont déjà réunis Moussa le vieux commerçant et plusieurs personnes.

En voyant la bête, tous, vieux et jeunes, s’enfuient. L'animal, seul sur la place, se promène tranquillement. Au bout d'un moment, un enfant qui était caché sous une peau de chameau non loin de l'autruche, claque de ses deux mains pour lui faire peur, et là, on voit l'autruche qui esquisse des pas de danse, l'enfant recommence et l'autruche se met à danser, aussitôt les enfants puis les adultes se regroupent autour de lui en tapant des mains et l'autruche continue de danser de plus belle.

La nouvelle se répand dans tous les villages et jusqu'aux confins de la forêt car en ce temps-là, les animaux et les hommes parlaient le même langage. Aussitôt, le lion apprend la nouvelle, justement cela coïncide avec la naissance de son fils, un beau petit lionceau. Le lion invite tout le monde à une grande fête, l'autruche et tous les grands danseurs du pays.

À cette occasion le lion décide de faire des cadeaux et de donner beaucoup de privilèges au meilleur danseur, ainsi qu’à sa famille et à ses proches parents. Tout le monde répond à l'appel et la fête commence. Chacun danse de son côté. Le roi lion s'installe au milieu de tout le monde avec sa femme et le petit bébé bien installé dans sa couchette.

Bouki l’hyène, qui ne savait pas danser, mais qui voulait attirer les faveurs du lion, s'active en faisant des va et vient entre la foule et la famille royale. Au bout d'un moment, l'autruche danse si bien qu’elle attire l'attention de tout le public. Tous les animaux s’arrêtent de danser pour la regarder et l'applaudir. C’est alors que Bouki s'approche du lion et lui chuchote au creux de l'oreille :
- C’est ma nièce, c’est ma nièce !

L’autruche continue sa danse en sautant, virevoltant partout, et dans son élan, elle piétine et éventre le petit lionceau, puis sans attendre s'envole dans les airs. Après avoir constaté le drame, le lion dit à l'assemblée :
- Nous allons venger mon fils, car si l'autruche s'est enfuie, son oncle est parmi nous.
Et il désigne Bouki l’hyène. Bouki, les larmes aux yeux, dit :
- Ce n'est pas possible, ce n’est pas possible, il n'y a aucun lien de parenté entre l'autruche qui est un oiseau et le mammifère que je suis.

Mon conte est fini, le premier qui respire ira au Paradis.

Le pays présenté ci-dessous correspond au pays où le conte a été enregistré et ne prétend pas donner d'origine unique au conte.

Les contes n'existent pas dans ce seul et unique pays. D'une version à une autre, d'un conteur à un autre, les contes circulent entre les pays et ne s'arrêtent heureusement pas aux frontières !

La Mauritanie

(République islamique de Mauritanie)

Population : Les mauritaniens et les mauritaniennes. Plus de 3 millions d’habitants.

Langues : L’arabe classique est la langue officielle de la Mauritanie (depuis 1968). La langue nationale la plus parlée en Mauritanie est le hassanya, qui est l’arabe dialectal local. Les autres langues nationales sont le peul (poular), le soninké et le wolof. Le français a été une langue officielle jusqu’en 1991, il garde aujourd’hui une certaine influence.

Situation géographique : La Mauritanie est un pays du Maghreb, du nord-ouest de l’Afrique. A l’Ouest : l’océan Atlantique (600 km de côte). Au nord : Sahara Occidental et l’Algérie. A l’est : le Mali. Au sud : le Mali et le Sénégal.

Superficie : 1 030 700 Km²

Climat : Le climat de Mauritanie saharien au nord et sahélien au sud, est généralement chaud et sec.

Capitale : Nouakchott

Hymne national : Nachid al-watani

Devise nationale : Honneur Fraternité Justice

Monnaie : L'Ouguiya

IDH (Indice de développement humain) : 0,433, IDH faible (chiffres 2010)

Indépendance : 28 novembre 1960

Pour en savoir plus : Article « Mauritanie » du Larousse :
http://www.larousse.fr/encyclopedie/pays/Mauritanie/132366
 

Drapeau: 
Drapeau de la Mauritanie

Nous avons choisi d'enregistrer le conte dans une ou deux langues parlées dans le pays de collecte.

Les langues citées ci-dessous ne sont pas représentatives de l'ensemble des langues parlées dans ce pays. Il s'agit des langues dans lesquelles le conte a été enregistré. Si vous souhaitez découvrir les autres langues parlées dans le pays de collecte du conte, consultez l'onglet "Le pays".

Le wolof

Famille de langues : Le wolof est une langue du groupe ouest-atlantique de la famille des langues Niger-Congo.

Pour en savoir plus sur la famille des langues Niger-Congo, (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/famille-des-langues-niger-congo

Nombre de locuteurs : environ 10 millions locuteurs sur un total de 12 à 13 millions de Sénégalais. Il y a des endroits du pays où le wolof n’est pas compris ou n’est pas parlé : Casamance (pays diolas et mandingues), certaines parties du pays sérère dont les îles du Saloum, Sénégal oriental (populations Tenda : Bassari, Boïn, Bedik, Koniagui, Badiaranké), une partie du pays soninké.

Pays : Le wolof est une des langues nationales au Sénégal, elle est parlée principalement au Sénégal, en Gambie et en Mauritanie.

Origine : Le wolof a une parenté très ancienne avec le peul. Le wolof a également des liens avec une autre langue du Sénégal : le sérère.

Sur la parenté entre les langues peul, sérère et wolof, Senghor écrit dans la préface du « Dictionnaire Sereer-Français » du Rd Père Léonce Crétois (6 tomes ronéo, Dakar, CLAD, 1972 – 1977) : « C’est que le serer, au dire de Maurice Delafosse – et l’hypothèse semble vraie – nous présente l’état le plus archaïque d’une ancienne situation, où les peuples « sénégalo-guinéens », dont les Peul, Wolof, Sérère, et diola, parlaient la même langue ». (T 1, pp. 1 et 2).

Pour en savoir plus sur le wolof (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/le-wolof

Le français

Famille de langues : Le français est une langue romane de la famille des langues indo-européennes.

Pour en savoir plus sur la famille des langues indo-européennes, (site du programme Sorosoro) : http://www.sorosoro.org/famille-des-langues-indo-europeennes

Nombre de locuteurs : 200 millions de locuteurs.

Pays : Le français est la langue officielle de la France et de nombreux autres pays : en Afrique et en Océanie mais aussi aux Antilles et aux Etats-Unis.

Origine : Le français est issu des formes orales et populaires du latin, il est aussi influencé par le Gaulois et par le Francique des Francs. Le français provient de la langue d’oïl, langue parlée dans la moitié nord de la France au Moyen Âge et langue dominante de la littérature entre le XIVe siècle et le XVIe siècle.

Expansion : Le français s’est répandu proportionnellement aux progrès de l’administration et de la justice royale en France. Le français et sa structure grammaticale s’est cristallisé au XVIIe siècle autour du dialecte de l’Ile de France et ce au détriment les autres parlers régionaux.

Qu’est-ce que la francophonie ? Apparu à la fin du XIXe siècle, le terme « francophonie » désigne l’ensemble des personnes et des pays utilisant le français. Un pays francophone est un pays qui utilise entièrement ou partiellement le français.

Mamadou Sall

conteur mauritanien

Mamadou SallCe « piroguier du désert », fils d’un père d’origine halpoular et d’une mère wolof, est né à Keur Mour, un village situé au bord du fleuve Sénégal. Mamadou Sall est invité dans de nombreux festivals en France, en Europe et en Afrique. Arrivé au conte par la « force du destin », Mamadou Sall raconte les histoires traditionnelles qu’il collecte, abordant la diversité de la culture orale de l’Afrique de l’Ouest.

Pour en savoir plus : http://mamadou-sall.monsite-orange.fr/

Commentaires

Cool

Cool mais *** trois étoiles donc ...

Morale de ce conte

Ce conte est d'abord une leçon pour les opportunistes qui veulent s'attribuer des faveurs en s'attribuant par mensonges les exploits des autres.
L'hyène, mauvais danseur et menteur, a voulu tirer profit des faits de l'autruche. La voilà prise à son piège.
C'est devenu un proverbe en Mauritanie "Quel lien entre un mammifère et un oiseau ? dit l'Hyène". Il s'agit de démentir les liens entre deux choses ou deux faits.
Dans les contes mauritaniens, l'hyène représente la cupidité et la lâcheté.

le texte est bien

Le texte est bien, j'aimerais faire autant dans ma vie mais je ne peux pas, je suis trop pris par l'école.

le truc

je trouve que ce conte n'est pas assez expliqué, pourquoi l'autruche a fait ça ? Personne ne le saura jamais voilà tout, mais ce conte est intéressant car ce n'est pas parce que quelqu'un danse bien qu'il faut l'accepter. C'est une sorte de leçon.

pas mal

pas mal

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Sites pour enfants :

Sites pour enseignants :

Serious games pour adolescents :